A TRAVERS LES AGES : Georges BRAQUE

  • ESTAQUE
  • estaque

La pourtant très belle exposition Braque à Cantini a laissé les Estaquéens sur leur faim. Car Georges Braque, autant que Paul Cézanne, aura vraiment été «LE peintre de l’Estaque».

Quand il y vient en 1906 (« Quelle révélation, quel éblouissement ! » écrira-t-il plus tard), il vient habiter à l’Hôtel Maurin, aux Riaux, qui avait à l’époque les pieds dans l’eau. Il y revient en 1907 et peint La Terrasse de l’Hôtel Mistral (il s’agissait en fait de l’Hôtel de la Falaise, plus tard Château Fallet). Au Salon d’Automne, cette année là, il présente Les grands arbres, L’olivier, Le port, Le vallon, L’Estaque, Il peint aussi Le viaduc à l’Estaque (le modèle est toujours là, en haut des Riaux), Route à l’Estaque, La baie de l’Estaque, Maison et arbre (elle existe toujours, aux Riaux également), Les toits d’usines, et d’autres encore. 1907 est aussi l’année de la rencontre entre Braque et Picasso et la naissance de leur amitié. Et l’année de cette critique de atisse : « Braque méprise la forme, réduit tout, sites et figures et maisons, à des schémas géométriques et à des cubes. » Le cubisme était baptisé, il est né pour une part à l’Estaque.

Braque reviendra à l’Estaque en 1910 : il y peindra Les usines de Rio Tinto. Cela aussi manquait à Cantini.

Dominique Pons

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Petit Estaquéen © 2014 -  Hébergé par Overblog