Marseille a son camping... à brac - La Provence 31 mai 2013

  • Comité d'Interet de Quartier de l'Estaque
Article Gwenola Gabellec La Provence 31 Mai 2013
Article Gwenola Gabellec La Provence 31 Mai 2013
Article Gwenola Gabellec La Provence 31 Mai 2013

Article Gwenola Gabellec La Provence 31 Mai 2013

Une ruche. Le chantier du camping, ce projet baptisé Yes we camp, sur le port de la Lave à l'Estaque bourdonne d'activités. Là, on prépare les "moissonneuses", ses dortoirs faits de palettes, ici, on peaufine les échafaudages de futures douches écologiques (et son traitement des eaux innovant).

Partout on s'affaire, sur un terrain parsemé de cailloux, des jeunes venus de l'Estaque mais aussi d'Allemagne, des bénévoles et quelques professionnels qui se hâtent pour que tout soit prêt aujourd'hui pour accueillir les premiers campeurs. Il y a même de vraies abeilles, tout aussi industrieuses, un essaim que l'on observe musarder dans le potager, près des plantations de pommes de terre.

L'idée de ce bivouac créatif est née en amont de la Capitale européenne de culture

L'idée de ce camping est née en amont de la Capitale européenne de culture, d'abord avec l'équipe du Off, qui a boosté ce bivouac créatif. Puis l'équipe a pris son indépendance au gré des levées de fonds (près de 25 000 euros décrochés sur le site Kisskissbankbank) et des autorisations d'installation (l'accord du Grand port maritime de Marseille, propriétaire du site, n'est tombé que récemment).

Enfin, les travaux ont débuté il y a cinq semaines, une aventure participative qui a lutté contre les intempéries. "On est attrapés par le projet, c'est à tous notre meilleur salaire, glisse Nicolas Détrie, le directeur, depuis la terrasse qui surplombe la buvette et offre une vue magique sur la rade. "Notre challenge, c'est être au rendez-vous de ce que l'on a annoncé", estime celui qui porte à bout de bras cette épopée en jetant un oeil sur cette pagaille coopérative qui comptera bientôt 150 places.

Au centre une maison-bulle à reconstruire, des caravanes relookées ou en voie de l'être, des plateformes pour les tentes qui devraient être recouvertes de gazon synthétique, un spot pour accrocher son hamac, une roulotte, le sommeilleur (cette place unique et insolite), un salon au mobilier dépareillé et de vastes banquettes en sky et une chambrette-poubelle.

Toujours le chantier

Pour l'instant, l'ensemble ressemble à un drôle de campement, surtout avec ses tas de gravats, mais "tout devrait être prêt pour la fête de la musique, le 21 juin", dit Nicolas Détrie. En attendant, les campeurs et les bricoleurs se mélangeront joyeusement. C'est la philosophie de Yes We Camp, celle d'un vaste atelier à ciel ouvert, une cohabitation à inventer jusqu'en octobre. "Faire des cabanes on sait, mais une ville écologique c'est ambitieux", poursuit le boss.

Diverses propositions ont trouvé ici un écho, des constructions insolites bien sûr mais également une radio, une bibliothèque et un restaurant où l'on pourra payer en gaston (la monnaie du Off), des scènes pour les artistes (une compagnie de cirque y est actuellement en résidence), du sable pour jouer au ballon. Un projet fou qui prend du temps à se mettre en place, l'équipe a retardé une première fois l'ouverture et se décide donc à commencer son activité dans le chantier. Aujourd'hui, les premiers campeurs (15 nuits réservées) pourront donc aussi mettre la main à la pâte : "On est encore le nez dans le guidon, en rush pour terminer, système D à fond, on laisse la porte ouverte à faire plus malin, moins cher...", dit Nicolas Détrie.

Pourtant ce week-end, il s'agira aussi de faire la fête, dès ce soir à 20 h avec les concerts de Seb Martel (le guitariste de -M-) et Dorothée Munyaneza, puis Tante Hortense. Demain, fanfare à 17 h et musique avec Les improbables. Et puis tout le week-end, annoncent-ils : "À voir, à boire, à manger et à dormir". Du miel à butiner.

Un camping jusqu'en octobre

Pour entrer au camping et participer à toutes ses activités, il faut être adhérent (3 €). Tous les mercredis et les week-ends, ateliers participatifs.
Hébergement : bivouac avec sa tente ou son hamac 13 €, dortoir 18 €, chambrette (roulotte, exotic box) 45 €.
On peut venir au camping de l'Estaque (port de la Lave) en bateau (navette depuis le Vieux-Port), en train, en bus...
www.yeswecamp.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

dedouze 31/05/2013 17:35

un campement digne des "roms" ça n’embellit pas le paysage en un mot:
"DE LA MERDE"

contact@estaque.com 31/05/2013 21:35

Ça n'engage que vous ...

Le Petit Estaquéen © 2014 -  Hébergé par Overblog