La Sirène de Mourepiane : une nouvelle énigme

  • ESTAQUE

Sirene.jpgDepuis l’apparition sur les grands écrans d’un aventurier intrépide, lasso à la ceinture, on s’était convaincu que le temps des découvertes archéologiques fantastiques étaient bien résolu, et surtout réservé à des contrées bien lointaines et très peu fréquentées.

Il n’en est rien puisqu’en fait, au sein même de notre voisinage immédiat, se trouvent milles trésors ensevelis ou bien tout simplement « oubliés »… c’est l’histoire que nous allons vous raconter de la mystérieuse « Sirène de Mourepiane » !

Petit retour en arrière : juin 2011, le CIQ est invité à une réunion du comité technique travaillant sur le reclassement de la RD568, entre le tunnel du Resquiadou et le rond-point Marcel Provence.

De là, germe dans l’esprit de certains d’entre nous l’idée de répertorier les éléments du Patrimoine à mettre en valeur lors de ces travaux ou, au minimum, d’en tenir compte dans les réalisations à venir.

Dans ce listing vient ainsi s’insérer une mystérieuse invitée : une sculpture connue de tous, et particulièrement des usagers de la ligne de bus N°35, puisque celle-ci est située exactement à l’arrêt nommé « Littoral Valouise » mais dont personne ne semble connaître l’histoire.

Commence alors notre enquête auprès des « Ateliers du Patrimoine », organisme chargé par la mairie centrale de répertorier et préserver les éléments architecturaux remarquables de la ville (façades,…).

Ceux-ci vont rapidement nous aiguiller vers le Service de l'Espace Urbain au sein duquel M. Daniel GARNIER  qui  a été notre interlocuteur, dans le cadre de ses missions dans la subdivision « Eléments du Patrimoine Mobilier », depuis l’été dernier, et que nous remercions au passage pour sa patience et son écoute de nos préoccupations.

Effectivement, et à notre grande surprise, il s’agit bien d’une découverte de notre part puisque cette statuaire avait jusqu’à présent échappée au recensement des sculptures ornementales de la ville.

Depuis lors, le service cherche auprès des archivistes des renseignements sur l’époque à laquelle ce monument a pu être érigé, ce qu’il représente exactement (est-ce le symbole du Port de l’Estaque… ?) et, enfin, quel est l’artiste qui peut bien en être son auteur…

Aujourd’hui, le service de M. GARNIER se rapproche même du service des espaces verts pour obtenir des renseignements supplémentaires sur le statut de ce coin de chaussée aménagée (les maçonnerie soutenant la statue étant des jardinières en forme d’écailles pour rappeler la nature marine de la représentation), et ce afin de mettre en place un entretien digne de cet élément du Patrimoine retrouvé.

 

Si l’un d’entre vous en sait plus sur cette « Sirène de Mourepiane », merci de contacter :

 

Daniel Garnier - Service de l'Espace Urbain - 320-330 avenue du Prado 13008  Marseille - Tél. : 04 91 55 23 74

dgarnier@mairie-marseille.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Le Petit Estaquéen © 2014 -  Hébergé par Overblog